Accueil > La presse > La mystérieuse disparition d’un jeune chef d’entreprise

La mystérieuse disparition d’un jeune chef d’entreprise

lundi 13 octobre 2014

Article publié dans Le Parisien, le 6 octobre 2003
Solidement installé à la tête de plusieurs entreprises prospères, travailleur acharné disposant d’une fortune assez considérable, menant une existence discrète et rangée, Christophe Dalmasso, 34 ans, n’avait en apparence aucune raison de disparaître soudainement sans donner aucun signe de vie depuis maintenant cinq semaines. La voiture - une BMW 130 Diesel - de ce jeune directeur de société, cogérant d’un garage à Cagnes-sur-Mer et demeurant à Cannes, a été retrouvée incendiée dans la plaine du Var, près de Nice, quelques jours après cette brusque disparition.
Et depuis, plus aucune nouvelle d’un homme pourtant réputé attaché à sa famille, transparent dans ses activités annexes de marchand de biens mais aussi très dur en affaires. Ce qui aurait pu lui valoir des inimitiés. C’est bien là l’un des aspects qui incitent les enquêteurs de la PJ de Nice à ne pas exclure l’hypothèse d’un enlèvement suivi d’une séquestration. Et peut-être même celle d’un homicide.
Celle d’un suicide paraît devoir être écartée. Il s’agissait en effet d’un homme croyant et pratiquant, catholique intégriste, et qui ne semblait souffrir d’aucune déprime. Deux incendies criminels La fortune avait d’ailleurs plutôt souri à cet homme jeune, passionné et entier, divorcé après avoir reconnu une fillette de 5 ans, mais resté en excellents termes avec son ex-épouse. Propriétaire de nombreux biens dont un immeuble dans le centre de Nice, Christophe Dalmasso avait hérité d’une centenaire propriétaire en Corse de la presqu’île de la Pietra, sur la commune de L’Ile-Rousse. Un patrimoine foncier de 21 hectares. Contestée par des cousins de la défunte, cette succession n’était pas réglée. Un administrateur de l’indivision avait été désigné.
Entre-temps, toujours en Corse, Christophe Dalmasso avait été visé par deux incendies : un qui avait détruit un appartement dont il avait fait expulser un locataire mauvais payeur et un autre, sur un de ses terrains de L’Île-Rousse où il avait installé un mini-golf. À l’un de ses proches, inquiet de son intransigeance absolue en affaires, Christophe Dalmasso avait récemment confié « qu’il pesait désormais 15 M ». Avec un père gravement malade auquel il était très attaché, on imagine mal Christophe Dalmasso choisissant de disparaître pour refaire sa vie à l’autre bout du monde.
Même si un penchant romantique le poussait depuis quelque temps à chercher une âme soeur du côté des pays de l’Est comme en témoignent quelques voyages récents.

Publié le lundi 6 octobre 2003
par François Corbara