Accueil > La presse > Mystère Dalmasso : « autant de pistes que d’affaires »

Mystère Dalmasso : « autant de pistes que d’affaires »

lundi 13 octobre 2014

Les enquêteurs découvrent chaque jour de nouvelles pistes potentielles en recensant les multiples affaires de l’entrepreneur Cannois
Les policiers niçois chargés d’élucider le mystère de l’inquiétante disparition de Christophe Dalmasso ne manquent pas de pistes. « Chaque affaire, chaque activité est une piste en puissance et il y a de quoi faire » indique, pragmatique, une source proche de l’enquête.

JPEG - 611.8 ko
L’article de Nice-Matin

De fait, les policiers de la brigade criminelle ont du pain sur la planche. Ils doivent pénétrer dans le véritable labyrinthe des affaires de Christophe Dalmasso. Et ils ne sont apparemment pas au bout de leurs surprises. Car l’homme d’affaires azuréen ne se contentait pas de la Côte d’Azur et de la Corse où il avait acquis à la suite d’un héritage contesté un confortable patrimoine immobilier et foncier.
Son ordinateur analysé
Il s’avère en effet qu’il avait également des intérêts à l’étranger, des sociétés immobilières. « Essentiellement pour des raisons fiscales » précise un homme de droit qui travaillait avec lui épisodiquement. Pour « sérier » les affaires « brassées » par ce boulimique de travail, les policiers devraient bénéficier dans les prochaines heures d’un cadre juridique élargi grâce à l’ouverture d’une information judiciaire par le parquet de Grasse.
Ainsi, le juge qui sera désigné pourra requérir un expert afin d’analyser le contenu de l’ordinateur du jeune entrepreneur qui était féru d’informatique. De même, l’examen approfondi par des spécialistes des historiques de ses comptes bancaires fait partie des investigations de base pratiquées systématiquement dans ce genre d’enquête. À plus forte raison quand l’absent se vantait de peser 15 millions d’euros…
Mais Christophe Dalmasso ne faisait pas « d’omelettes sans casser des œufs » comme le souligne une source proche de l’enquête, et certaines affaires se concluaient dans !a douleur après avoir connu leur épilogue judiciaire. Ainsi, le jeune homme d’affaires « intransigeant » comme le décrit un proche avait des adversaires qui sont pour certains des ennemis en puissance.
Relaxé pour « abus de faiblesse »
Parmi les procédures intentées contre Christophe Dalmasso, il en est une que les policiers niçois chargés de l’enquête connaissent par cœur. Et pour cause, ce sont eux qui l’ont traitée. Il s’agit de la contestation par plusieurs personnes de l’important héritage dont a bénéficié le jeune homme. Légataire universel d’une centenaire d’origine corse décédée en 1998 à Bastia et enterrée à Cardo, le garagiste cagnois s’est subitement retrouvé à la tête d’un colossal patrimoine foncier et immobilier en Corse, en particulier à l’Île Rousse, mais aussi à Nice.
Des parents de la centenaire qui étaient désignés dans un premier testament comme étant ses légataires ont déposé plainte pour « abus de faiblesse » contre Christophe Dalmasso, finalement choisi comme unique héritier par la vieille dame. Ils estimaient en effet que leur parente n’avait pas toute sa tête lorsqu’elle avait modifié son testament. La justice pénale leur a donné tort. Après avoir été mis en examen, Christophe Dalmasso a été relaxé en première instance à Nice en 2001, une décision confirmée en appel à Aix en Provence l’année suivante.
Les parents déboutés ont intenté une autre action au civil afin de faire annuler le testament en raison de « l’insanité d’esprit » de la donatrice. La procédure est suspendue en raison de l’absence de l’homme d’affaires. « Mais je suis certain que la disparition de Christophe Dalmasso n’est pas liée à ce contentieux, mes clients sont des personnes âgées issues de très grandes familles corses et françaises qui ont contesté tout à fait légalement cet héritage qui leur avait été promis » explique Me Patrick Gerbi.
« Ce procès a été très fair-play de part et d’autre » confirme l’un des avocats de Christophe Dalmasso.
Si Christophe Dalmasso a hérité de la centenaire, c’est en raison des liens quasi familiaux qui l’unissaient son ex-femme, sa fille et lui à cette dame.
« Je l’ai rencontré à Nice lorsque j’étais étudiante, je suis devenue sa dame de compagnie, puis au fil du temps, je m’en suis occupée comme d’une mère, elle était veuve depuis longtemps, seule, elle s’est attachée à nous, et elle a décidé de faire de nous ses héritiers, c’est aussi simple que cela » résume l’ex-femme de Christophe Dalmasso « qui veut faire taire ces rumeurs au sujet de ce mystérieux héritage ».
Didier Chalumeau.

Publié le mercredi 8 octobre 2003
par Didier Chalumeau