Accueil > Refaire l’enquête > Lucie Dalmasso est mise en examen à son tour

Lucie Dalmasso est mise en examen à son tour

jeudi 23 octobre 2014

En raison de sa mise en cause par Edno Borba da Silva, l’enquête s’oriente vers Lucie Dalmasso. Elle est mise en examen le 3 février 2005.
La perquisition à son domicile permet de découvrir un classeur intitulé « dossier Christophe » dans lequel se trouve une feuille manuscrite « … payez contre ce chèque… ». Il est aussi découvert une attestation de bail entre Christophe Dalmasso et Edno Borba da Silva. Lucie Dalmasso explique que c’est elle qui a établi les deux documents. Elle précise que les références du chèque étaient celles qu’elle a transmises à la police.
Lucie Dalmasso conteste toute implication dans la mort de son père. Elle indique qu’au moment des faits, elle n’avait pas connaissance de l’arrêt de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence ni du testament qui la déshéritait. Elle n’était pas en conflit grave avec son père. Elle était très en colère en 2001 et lui avait écrit. Mais, depuis, elle tentait de se rapprocher. Elle n’a pas cru que son père engagerait une action en désaveu de paternité. Elle précise que l’arrêt de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence ne prononce pas une condamnation, qu’elle n’a subi aucune interdiction bancaire et détient un chéquier et une carte de crédit.
Après plusieurs réponses négatives, le 16 octobre 2006, la Banque de France contredit la version de Lucie Dalmasso en indiquant qu’elle est interdite bancaire jusqu’au 11 mars 2007. Il n’a pas été possible de déterminer la date à laquelle la mesure a pris effet.
Concernant le bip et les clefs du garage de Christophe Dalmasso, Lucie Dalmasso admet qu’ils se trouvaient bien dans l’appartement de sa mère, Élisabeth Kirstein, mais elle n’a pas de vue sur le parking depuis la fenêtre de sa salle de bain. Elle a effectivement rédigé une attestation de bail à Edno Borba da Silva qui est, à l’époque, son petit ami et lui fait croire que son père est parti au Brésil.